D’amour et d’eau fraiche…. sans oublier le café!

Le couple en expat… !

Je suis la marraine du mois pour les rendez-vous des #HistoiresExpatriees proposé par Lucie. Figurez vous que je me suis rendue compte que je participe depuis plus d’1 année déjà aux rendez-vous, que le temps passe vite … C’est aussi le mois de ma moitié (HappyBirthday), je dédie donc ce récit à la personne qui je pensais n’existait que dans une vie imaginaire, voir pas du tout! Vous trouverez aussi à la fin de l’article, les liens des participant(e)s au RDV.

Je voulais traiter ce sujet depuis un moment, car de caractère curieuse, je cherche toujours la petite bête et au lieu de parler de où on vit, pourquoi ne pas SE positionner au cœur de la vie d’expat? Parce que fondamentalement le couple ou les relations amoureuses animent notre quotidien, n’est-ce pas ?

Bon par où commencer? Comment vit un couple ailleurs que chez lui? Je parle de la vraie expatriation… Et non juste une mutation*(voir plus bas), qui en soit est un déménagement. Non! Le vrai changement radical de vie! Celui galère qui mettra à l’épreuve tous les préceptes, concepts et autres de la vie à deux… Deux entités différentes avec souvent un vécu, une éducation et une vision propre! Dans un pays, généralement, à l’opposé de l’éducation ou des coutumes. Petite précision, en aucun cas je sous-estime les couples en mutation, probablement qu’eux aussi ont leurs lots de chamboulements, mais par expérience j’ai plutôt testé le (grand) départ pour une nouvelle vie.

Souvent quand on part à deux loin de chez soi, c’est la certitude de vivre ensemble H24, dans un pays au départ, sans amis pour sortir se changer les idées, discuter de choses qu’on ne leur dit qu’à eux, ni famille pour soulager le quotidien sans parler des collègues, même s’ils nous critiquent le dos tourné.

Juste elle et lui, Toi et Moi, Adam et Ève….
(plus quelques petits stroumpfs greffés sous le bras… dans le meilleur des cas!)

Les journées sont rythmées par le p’tit dej communs, le dîner… en chœur, ainsi que le souper, agrémenté de réunions professionnelles (QUE les deux) travail… en binôme et organisation de vie… (plus stroumpfs!) Il faut un sacré moral, un amour inconditionnel et un équilibre à toute épreuve. Oui les relations de couple en expat ont cette particularité, ça casse ou ça passe… Car cet équilibre est la clef de la réussite, mais dans un contexte austère, rempli d’embûches, mises au point journalières, où les serrures changent chaque jour et que les portes grincent, le fil est très fin et fragile.

La plupart du temps la relation évolue, se transforme en différentes tâches, amis pour raconter ses peines ou psychologue pour des sessions de thérapie existentielle, mais le pire, je crois, c’est justement collègues… Du coup où se situent les barrières qui délimitent le couple réel en soit et le partenariat professionnel….?? Souvent, un peu caché, par respect de l’intimité, ça ne se passe pas toujours bien et ça ne se voit pas, pas tout de suite (on fait semblant…), parce qu’en fait, on n’a pas le droit, on vit au paradis du soleil et du sable. J’ai pu (entre)voir des ruptures créées par le phénomène de l’euphorie du départ qui se résout en un gros clash qui te tombe sur la face sans rien y comprendre…. c’est le 2ème effet kisscool, sauf que c’est pas cool du tout. Comment gérer la séparation dans un pays qu’on connait à peine, qui n’a pas les mêmes valeurs ou habitudes de couple? Les conventions aussi ne s’adaptent pas forcément à ce qu’on connait, les droits, les gardes…. Si en plus les enfants sont au milieu, qu’on est loin de chez nous… Mais je ne vais pas m’attarder sur ce point, la réalité est assez douloureuse à elle seule où qu’on soit! Mais il faut tout de même souligner que certains pays ont des lois différentes concernant le mariage ou le concubinage, même carrément à l’opposé. Au Costa Rica, par exemple, le mariage homosexuel est autorisé, mais le concubinage n’est pas reconnu. En Espagne notre mariage ne peux pas être légalisé, mais on ne peux pas se marier de nouveau, puisqu’on l’est déjà…. euh du coup? On est célibataire ?!? Ah ben non, votre maison c’est moitié-moitié, pas le choix c’est la loi… (du coup ils font toujours un peu comme ça les arrange…. mais ça c’est un autre sujet)

De mon côté, je peux dire une chose avec certitude, le pays qui n’a pas de dimanche, ça n’a pas de bon. Je peux le constater maintenant, même si je le savait déjà, essayer de garder un rythme avec minimum 2 jours de congés par semaine dans une terre qui ne s’arrête jamais !! C’est mission impossible ! Du coup on travaille tout le temps, on s’organise m’importe comment et quand on veut réussir, il n’y a pas de trêve. Ce n’est pas comme aller au bureau pour tant d’heures, quand c’est fini on rentre et on passe a autre chose. Non! Quand le job c’est construire une autre vie ailleurs, c’est bien plus prenant. Du coup apparemment on tient bon, puisqu’on a récemment rechangé de pays depuis une année… Faut croire qu’on aime ça!! (petit rire jaune), c’est sûr les relations de couple en prennent un sacré coup! Sans crier gare les mauvaises habitudes s’installent, on discute que de boulot, on organise la vie quotidienne en fonction du travail, on planifie des briefings au lieu de souper aux chandelles et les week-ends en amoureux se greffent aux déplacements professionnels….

Voilà, ce que je voulais dire et exprimer dans ce sujet, surtout montrer une autre facette de l’expatriation proprement dite, celle qu’on choisi et qui souvent ne donne pas droit a l’erreur, celle où on cherche le bonheur et la tranquillité, mais qui donne pas mal de fil a retordre surtout dans l’organisation de la vie en soit. On pourrait la comparer aux flux migratoires, car eux aussi doivent refaire une vie… bien sur les conditions ne sont absolument pas les mêmes, ni la culture… La plus part arrivent de pays en guerre, vivent dans des conditions précaires et cherchent une meilleure condition de vie.
A vrai dire les migrants des pays développés aussi cherchent de meilleures conditions de vie, mais sous un autre angle, casser la routine (ça c’est check! l’expatriation est bien loin d’une routine quotidienne), vivre plus relax, souvent dans une contrée à soleil… (euh, fausse illusion…. Voir l’article ) , chercher l’exotisme, le défi d’une nouvelle vie…. oups, joker!

*Comme je l’ai mentionné plus haut, les mutations professionnelles ont par contre un avantage d’intégration à la vie sociale (à mon avis), facilitées par les entreprises qui envoient les collaborateurs souvent dans de bonnes conditions. Rien qu’un salaire assuré, qui tombe à la fin de chaque mois, est un soucis en moins donnant accès à une vie plus tranquille. Cela permet la découverte du nouveau quotidien par des visites dépaysantes, au lieu de recherche des opportunités de travail. Ce n’est pas du tout la même approche et la même vision journalière. Le fait d’être sous pression financière met également le couple à rude épreuve. Calculer tout les jours quand tu développes ton propre business, ça ne laisse que peu d’espace à la spontanéité du couple, tout les comptes sont dans le même panier, difficile de faire des cadeaux surprises pour les anniversaires, inviter au resto ou planifier des sortie en amoureux….. sans que l’autre soit au courant.

Tous à la recherche du bonheur pur? Ou en sommes nous? Depuis notre retour en Europe, je crois qu’au niveau personnel, on pourrait arriver à court terme à une certaine paix intérieure, stabilité émotionnelle aussi, espérons!! Disons que ça nous semble plus facile, nous avons choisi une terre qui est accueillante, les gens sont ouverts, communicatifs et rigolos… cette qualité convient assez à Tac qui aime plaisanter et a toujours un mot pour rire… ici il a de la concurrence! Puis nous avons acquis également un peu d’expérience, encore heureux! Et certaines fois, on s’obligent à prendre du repos hebdomadaire et faire des activités de week-end en famille. ( il y a encore un peu de travail… mais on s’améliore). On a compris aussi qu’il faut faire la différence entre travail et vie privée, bon.. on rechute régulièrement. Disons que nous sommes revenu a un rythme hebdomadaire qui nous correspond un peu plus, avec le flegme que nous cherchions. Le dimanche est redevenu un vrai dimanche! La semaine a des jours ouvrables et des jours fériés, qui sont en harmonie avec nos traditions.

En conclusion

Les relations de couples ont probablement le même fondement où qu’on se trouve sur le globe (ça fait partie de notre éducation profonde de base), la seule différence un environnement moins facile à dompter. L’aspect gestion du quotidien résulte aussi difficile à prévoir quand on change totalement de culture. Plus les mêmes repères. Les préceptes acquis en grandissant, les exemples de familles qui nous entourent, les attentes de nos propres parents certainement… font que le couple en expat peut aussi avoir des difficultés, sans parachute pour se poser en délicatesse…. Du coup je nous dis à tous bravo pour mener à bien notre vie d’expat, quoi qu’on ait décidé, en privilégiant tous les aspects choisi par nous! Également un merci aux personnes qui entourent les âmes voyageuses que nous sommes, qui nous montrent comment fonctionne leur pays, nous conseillent, nous font rire des absurdités totalement à l’opposées et décalées qui font qu’on soit spécial la où ont est….. et nous montrent (des fois) sans filtre qu’on peut vivre chez eux (ou pas), sans jugement (pas toujours). Mais qu’a cela ne tienne, le monde est beau par sa diversité, ses couleurs et ses nuances que nous aimons tant!!

et vous?? comment vivez-vous vos relations? Vous vous reconnaissez dans ces histoires?
Les autres articles du RDV

En Allemagne on apprend comment on réagit les allemand au baise main de Chirac….
Au Japon la retenue est de rigueur, accompagné des Love Hôtel (j’adorerai tester le concept)
En Italie le « Italians do it better », se transforme en râteau…
Alexienne nous partage sa relation à distance avec un tuto en video accompagné de son article…. On a presque envie de savoir la suite!
Pour finir Au Canada en couple, précédé de voyages sans attache (en solo c’est mieux)
Le date au Canada, approche intéressante de comment se construit une relation.

10 réflexions sur “D’amour et d’eau fraiche…. sans oublier le café!

  1. S’il est vrai que vos différentes « aventures » peuvent donner envie il faut bien reconnaitre que le coté administratif déjà n’est pas simple selon les pays et que ça change chaque fois. Coté couple je n’y avais pas pensé mais la vie en commun forcément ça change aussi.

    Aimé par 1 personne

    1. Comme je l’ai cité, tout dépend si c’est un déplacement professionnel ou un projet en commun. Mais je suis sûre que chacun de nous a le pouvoir d’affonter la vie qu’on choisi… si tu viens en Espagne, je peux te donner quelques infos… 👍

      J'aime

  2. Dans l’expatriation, il y a toujours des phases : l’excitation du début puis le ras-le-bol face à certaines difficultés du quotidien ou du travail, la joie quand on arrive à mieux trouver sa place, le mal du pays au bout de quelques années, etc.
    Dans mon couple, je suis la seule expatriée… j’ai rejoint mon mari dans sa ville natale. C’est parfois difficile d’être la seule à être en décalage, à avoir le mal de son pays, etc.

    J'aime

  3. Intéressant ce retour d’expérience lorsque l’on part en couple et que l’on change totalement de vie ! C’est une belle histoire et bravo à vous 🙂 De partir comme ça à deux, ça apporte son lot de galères mais ça soude également les liens. En tout cas, on vous souhaite plein de bonnes choses pour le futur !
    Amélie

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s