Cantando por Alegrias

#février

Jerez, la ville qui vit au rythme du Flamenco. Il n’y a pas un coin de rue qui ne vibre pas au claquement de mains, au battement de talons, au chants festifs. Oui le flamenco qui se chante ici, c’est le flamenco Alegria….

Nous continuons l’année et nous voici en février, le mois du festival International de flamenco.

Jerez2020-700

L’année dernière lorsque je suis arrivée à cette période j’aurai cru voir une fête de rue (qui au final s’avère être plutôt celles de fin d’année, voir Zambomba) Donc non! Ce festival d’art, classé au patrimoine de l’UNESCO depuis 2010 se vit à l’intérieur, par des spectacles, des démonstrations très professionnelles, des ateliers, cours hyper avancés, accessibles uniquement aux personnes spécialisées dans la branche.

L’autre jour je me suis baladée en suivant une des routes du Flamenco. A savoir que les rivalités entre « barrios Gitanos » sont encore très présents, en effet, qui dira que Santiago en est le berceau, que les gitans de San Miguel n’avaient nulle part où aller pour chanter que là où se trouvaient les musiciens… Que d’histoire et de concours, qui détiendra la palme d’être le quartier d’excellence du Flamenco? Le positif est que les rivalités, comme la vie d’ici est toute une Alegria…. De plus d’après l’histoire, la vraie origine du Flamenco, s’est développé au fur et à mesure du temps et petit à petit.

J’ai donc commencé mon chemin dans l’un des quartier qui on vu naître les chanteurs et danseurs les plus populaires et qu’on ne se méprenne, le flamenco se pratique dans toute l’Espagne, mais il est né en Andalousie, s’il vous plaît. J’ai donc parcouru les rues imprégnées de souvenirs du siècle passé, croisé des statues à l’effigie de Lola Flores, la Paquera, Manuel Torres, Chicharon et j’en passe. Pour terminer au centre Andaluz de l’art Flamenco, dans une maison « palacio » d’une beauté époustouflante, à architecture grandiose style médiéval.

Le flamenco fait partie intégrante du peuple andalous, il s’identifie quotidiennement à son origine, les influences apportées par les différentes cultures qui ont peuplé ces terres.

wp-15810235317286422702434737503899.jpg

Le centre est une conservation proprement dites de matériel original comme les premières gravures de son sur un support de cire, le premier lecteur de disque. Saviez vous que le support était en pierre? Il y a aussi des peintures, des vêtements d’époque de danseuses du début du siècle XX qui sont inscrits un patrimoine culturel de la ville, la plupart viennent de personnes nées et originaires de Jerez de la Frontera. Une richesse émotionnelle et sentimentale inégalable. En réalité c’est une bibliothèque qui stocke le patrimoine, livres, ouvrages, enregistrements, certains digitalisés qu’on peut écouter. Pour avoir accès aux documents il faut la clef de la bibliothécaire, mais si vous voulez en savoir plus sur l’histoire du flamenco, c’est l’endroit qu’il vous faut.

J’ai assisté à une projection d’un petit film explicatif (pour novice… qui ne plait pas à tout le monde) qui m’a enfin ouvert au monde du flamenco. (pour les intéressés youtube)

Voici une description complètement innovante des différents styles de chants et de danses de cette région chargée et riche en influences ethniques aux mille couleurs.

7 couleurs pour 7 sentiments
JAUNE a Huelva, on chante la fragranzia del aire, à los valientes Un Fandango! Quant à Cordoba, le fandango es impetueso, amor, canto de vida.
MAUVE, La Seguiriya, llanto, musica de pena, amargura, tragedia, duelo y lamento.
VIOLET pour Jaen et Almeria, el Taranto, canto de peligro, del miedo, luto, desastre, sequia.

VERT Si te vas para Cadiz, busca el barrio de Stantamaria, alli encontraras Alegrias, illusion, frescura, hermosura, esperanza, de ver un amanecer, escuchando el rumor de la hola con la arena de la playa, para mucha felicidad. (TriritantrantanTirititantrantran…..) Acompagné de la danse!! Sans oublier la Buleria, une branche typique de Jerez dont ils sont très fiers…

INDIGO Puis à Sevilla, les contrastes, les opposés La vida y la muerte, la noche y el dia, el flamenco unico y diverso, tras de la alegria, experienzia de la soledad…. La Solea, la que canta y cuenta
ROUGE pour un Tango passionnel, de fuego, negro y juego de ardor
BLEU en passant par Granada, la malagueña dulzura, melancolía, sentimiento,nostalgie, olvido, perdida, tristeza.

Je comprends pourquoi cette ville m’a donné un impact émotionnel, je constate aussi que son patrimoine culturel est absolument sous-estimé! J’espère remédier un peu, au fil de mes articles, en mettant en valeur les atouts de cet endroit et ces différentes facettes… Pour terminer:
Mon expérience…
…. 1er essai d’immersion.
Si je vous dis alegria inversée (aigre…lalala tsointsoin). Moi la danseuse de toute une vie! J’ai tout essayé… même la danse moderno-expressive sur bruitage…. pour vous dire! En novembre j’ai décidé qu’il était temps de me mette au flamenco, moi qui depuis toute jeune le teint basané, un peu bohème, on m’avait toujours catalogué comme une gitane. Je me renseigne et on me donne un numéro, Macarena de Jerez… dis comme ça c’est joli, mais vue en vrai c’est un paquet d’art profond qui donne la chair de poule. Sauf que moi, ben, j’avais jamais tapé du talon. Oui un p’tit stage d’été au club Migros il y a 20 ans….. Bref, je soupçonne la personne qui m’a dirigée, d’avoir tenté le massacre. J’en suis encore toute retournée…. 2h dans une salle (una peña, c’est un endroit où se retrouvent les groupes de danseurs, chanteurs, musiciens, souvent situé dans les quartiers clef de la ville) avec 15 personnes qui passent tour à tour en impro solo, pendant que la Macarena chante et clape de la main un rythme in-comptable. Pour une danseuse avec un bagage d’une 15aine de spectacles, des classes de 25 élèves…. sans pouvoir mettre un pied devant l’autre……..
J’ai rigolé jaune ce jour là… mon mari a essayé de me remonté le moral plus de 24h pour au final me dire:

– Peut-être que le flamenco c’est pas pour toi….. D’ailleurs tu faisais pas des classes de Salsa? Bah…. continue! (Azucar!!!! Que viva la salsa!)

En attendant la digestion complète, un peu lente, je ne désespère pas au premier essai, je suis du genre à m’autoriser une autre chance. J’irai la voir la Macarena de Jerez et pour de vrai et con Alegria….. Olé!

Cet article participe au rendez vous mensuel de blogs rédigés en français et expatriés au quatre coins du monde…. en ce mois de février c’est Ciccia&Cerva qui vivent à Turin, thème proposé
La Joie!
Vous trouverez ci dessous les articles des participants du mois.
Angélique
3kleinegrenouille
Alexienne
Isabelle
Le RDV #HistoiresExpatriees a été créé par Lucie www.occhiodilucie.com qui a la chance de vivre à Venise.

11 réflexions sur “Cantando por Alegrias

  1. Ohh mais on veut la vidéo de la seconde tentative de flamenco ! Tu nous mettras un peu de joie 😉 C’est vrai qu’on associe souvent le rouge au Flamenco mais c’est plutôt riche en couleurs ! Merci pour ce petit cours, on a hâte d’en découvre plus au fur et à mesure alors. Olé! Arriba ! vamos a bailar (voilà, notre limite de langage espagnol est atteinte)

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.