Pipi, les dents… et au lit!

Spécial fêtes des mères….

Cet article fera partie du livre des secrets, en effet ça pourrait être une biographie ou simplement des constatations de vie. Toute ressemblance sera purement fortuite, mais probablement que certaines de vous y trouveront leurs ressemblances….

Dans le dictionnaire il y a une grosse lacune sur la définition du rôle de maman ! Femme qui a mis au monde! Terme par lequel un enfant appelle sa mère. 

Le jour ou tu deviens mère, c’est le jour où tu te transformes en LE problème existentiel chronique de ta progéniture, celui de tout les complexes, les traumatismes, les frustrations…. Si tu coupes le cordon ma fille, garde un fil (conducteur), tu verras plus tard! ça te servira! et même, le lien universel restera éternellement….

Le jour où tu deviens mère, ta vie prend une tournure que nul n’aurait imaginé, accepter et supporter toutes les ingratitudes, gérer des conflits à longueur de journée et, aussi, affronter les regards des autres… Accompagné des remarques desobligeantes, parfois d’injures (faites des gosses… Regard levé au ciel). 

Donc si on voudrait compléter la définition du mot maman dans le dictionnaire…. Ça serait: 

• En premier lieu personne qui donne SA vie (mais jamais assez) pour le bien de ses enfants. Traine sa marmaille partout où elle ira, ou se démenera corps et âme pour trouver une solution de garde, qui au final d’une façon ou d’une autre, réduira son énergie à néant et de toute manière comme toujours ne profitera qu’à moitié ! 

• Être mère c’est assumer de ne plus avoir une minute pour soi, même pas aux toilettes. De se doucher en 3 min chrono (y compris les cheveux), de se regarder au mirroir à 3 heures de l’après-midi et se rendre compte de l’oubli total de se coiffer, laver les dents et pire, se maquiller… Ah ben non en fait la dernière palette de fard à paupières est totalement en miettes ou pire certains carrés sont vides. Le rouge à lèvres croqué ou cassé… mais, elle gardera l’oreille tendue en permanence en mettant ses garnements à tremper dans la baignoire pendant des heures, avec seulement 20 cm d’eau ! Étant donné qu’elle a été traumatisée par des histoires de noyade et pire encore, la noyade sèche… 

• Puis tous les soirs, vérifier et s’assurer avant d’aller se coucher, que tout le monde respire toujours (trop de lecture sur la mort subite!), les doudous à porté de main, les couvertures bien positionnées, en espérant qu’aucun cauchemars ne viendra troubler le sommeil, mais aussi le sien juste à l’instant précis ou enfin elle montera dans le train de Morphée et de faire de beaux rêves…. (Si seulement…)

• Être mère c’est jongler entre travail, ménage, lessive, repas, courses (ça on le sait depuis toujours)… Mais aussi, être femme, copine et épouse, je ne cite que les plus importants (pour l’option épouse, il est obligatoire de trouver beaucoup de compréhension et de tolérance…. et c’est pas gagné d’avance). Bon évidemment, ça c’est la partie facile, celle des revendications féministes….. Êtes vous déjà partie en vacances seule en laissant vos ( donc plusieurs, pas juste un) gosses (entre 3 et 8 ans) seuls avec un père ?? En période scolaire, bien sûr !!

• Prepare toi a faire une place inconditionnelle dans ton cœur, être sur le qui-vive en permanence, à refouler tes angoisses journalières et vivre chaque instant, chaque seconde avec la peur au ventre qu’il puisse arriver une tragédie, d’abord à la minute où tes gosses ne seront plus en permanence accrochés à te jupes, les premières années d’école. Puis aux premières sorties avec les copains (pire encore nocturnes)… Chaque bruit suspect provoquera une boule au ventre, juste l’intervalle d’une fraction de seconde où le bruit sera identifié, comme le lave vaisselle qui évacue, le voisin qui ferme son store, la voiture qui racle sa boite à vitesse….Donc le cœur dans la gorge , battant à mille à l’heure, convaincue de faire le mieux possible! Même si de toute manière ça ne sera jamais suffisant, ni juste. Chaque décision prises, recevra l’oscar de la critique… Tu savais que l’unique satisfaction d’être mère sera la tienne ?? Qui dans l’assemblée à reçu des compliments, des louanges ou un prix de super maman? Les dessins d’école enfantine ne comptent pas, ni les poèmes des premières années scolaires à l’occasion de la fête des mères….

• Être mère est aussi être prête à recevoir des commentaire constants sur les méthodes éducatives, surtout de la part de personnes qui n’ont pas d’enfants ou qui sont genre « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais »!!! Et au moment où moins tu t’y attends, comme un douche froide, a l’instant précis ou tu pensais pouvoir baisser la garde, faire un bilan positif de ta vie. Au moment précis ou tu pensais prendre ta retraite de maman et juste vivre pleinement une relation saine sans punitions ni chantages, juste à l’instant présent de ton passage de quinca (déjà que c’est pas évident !!) la claque à la gueule.

Le jour ou tu deviendra mère tu ne sais pas encore que l’ingratitude d’un enfant est perpétuelle et bien plus grande lorsqu’il fera sa première crise d’adulte….. Là tu redeviendra le commun des mortel, un être banal, avec comme corps, une masse informe, distorsioné par l’âge, la peau flasque d’avoir supporté les changements hormonaux et le poids d’un intrus… Il faudra réapprendre a penser pour soi, plus besoin de chercher une nounou, se plier en quatre au carré…. seule avec ton corps, ton esprit et ton cœur dilaté, épuisé par les épreuves, tu cherches dans ta mémoire ces instants de pur bonheur, ces minutes de complicités. En essayant de te souvenir du moment fatidique ou tu a reçu cet être fripé, vilain (même si tes yeux le voyait merveilleux), gluant, les cheveux collé sur ce petit crane dimorphe, ce temps arrêté qui te fait tout oublier!!

C’est vrai on a le choix, surtout depuis mai 68, et de plus en plus, mais est-ce une raison pour accabler à chaque petite fautes, chaque petit écarts, le moindre défaut agrandi et mis en premier plan devant la merveille de la vie.  Surtout pourquoi tant d’acharnement, si au final c’est ce qu’on voulait! Alors foutez nous la paix!! Bien sur j’ai un énorme respect pour les mamans qui n’ont pas pu décider, celle qui se sont résignées et qui l’ont super bien fait, évidement la compassion donne une tournure plus humaine que pour les mamans qui ont opter pour un choix délibéré et raisonné (euh…ptêtre pas toujours au final…) ou juste parce qu’elles en avaient envie… d’ailleurs pourquoi c’est moins humain du coup? Pour quelle raison les choix seraient plus stigmatisés que « les pas le choix »!!!! Je reste solidaire aussi avec les mamans qui se sont sacrifiées pour leurs enfants, surtout dans les moments de divorces, certaines ont été obligées de renoncer, céder sous la pression de la justice (pas toujours juste), d’autre se sont battues griffes dehors comme des mamans chats, pour également tenter de sauver les meubles et la vaisselle toujours à leurs dépends, et en silence, en essayant de garder une part de dignité. Mais cela reste un secret, que personne veut entendre de toute façon….

Il y a aussi les mamans qui ont choisi de rester seules avec leurs gosses, en trimant chaque 21 du mois et finir sur les genoux, exténuées par les problèmes financiers, sociaux et finalement mentaux. Ou les mamans qui choisissent de continuer à vivre, à deux… plus gosses, pour donner une image plus équilibrée face à la société, ne pas se sentir seule face à l’éducation, les soucis scolaire, pour partager les problèmes et se sentir soutenue, épaulées… peut être aussi effacer l’échec !!

Longtemps j’ai pensé être une extra terrestre, toujours cette impression de vivre décalée, puis un jour j’ai été mère et enfin je me suis sentie en harmonie, utile et fière. J’ai eu peur au début, probablement ce mystère inconnu qui nous fait douter, le manque de sécurité. J’ai essayé de construire une éducation, (merci Françoise… ou pas!!!), surtout, j’ai essayé de garder le timon du bateau, ça tangue et le chemin est houleux… des fois on perd pied et la tourmente nous jette à l’eau, mais on refait surface, on grimpe sur le bateau et on reprend la route, jusqu’au moment ou notre rôle devient secondaire, ou la maman n’est plus indispensable, plus si essentielle. Fini les habillages à la chaîne, les millions de chaussettes perdues et tout autant de culottes à plier, les tignasses à démêler, les bobos à soigner, les kg de pâtes, les multipacks famille de toutes sortes de biscuits, madeleines…. Les Razmoquettes deviennent des êtres responsable, en pleine conscience d’eux même, une sorte de race « supérieure », quant a nous on peut se ranger plutôt du côté des brachycéphales. Ils n’auront plus ce besoin viscéral de nous poser mille questions insupportable et tout autant improbable, et surtout on ne fera plus partie entière de leurs vies…. Même qu’à un certain moment, on ne les reconnaîtra plus, leurs idées, leur façon de penser, de décider, voir même leurs visions deviendront totalement étrangères, à l’opposé de nos concepts, de nos ideos…

C’est le cercle de la vie, disait Mufasa… Des petits lions curieux, qui peuvent aussi faire (feront sans doute) des erreurs de jugements, comme leurs parents…..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s