Pizza o Calzone?

J’ai vu en révisant mes articles et catégories, avoir très peu parlé de notre expérience anglo-saxonne… Disons plutôt la folle idée de Tac, qui aime pousser mémé dans les orties et faire des choses impensables (pour les autres) mais très réfléchies a son point de vue!

20170923_112344N’allez pas penser que toutes nos actions sont le fruit du hasard, non, non c’est de la réflexion pure!!

Donc reprenons depuis le début, nos projets expatriations allaient bon train (La vie et ses changements #07), Tac se voyait en pleine reconversion professionnelle ailleurs dans le monde, sauf en Suisse. En effet après avoir passé 30 ans de sa vie a faire une panoplie de professions différentes, adhéré et défendu plein de concepts, fait partie de mouvements jeunes et rebelles.. il était temps d’accomplir ses passions !! La cuisine et tout ce qui l’entoure. Comme quoi, et je le dis toujours, si quelque chose ou quelqu’un doit croiser notre route… tôt ou tard ça arrive…. (mais je développerai cette pensée une autre fois)

Pour commencer en douceur, Tac est parti pour un diplôme de pizzaïolo en Italie, bien sûr, l’un attire l’autre, il s’est retrouvé à Édimbourg (ne me demandez pas quel est le rapport, mais la boussole a dû se détraquer chemin faisant) Bref, le voilà embarqué dans une amitié qui débouchera dans une collaboration amicalement….. professionnelle… oups!! Et Plus tard se transformera en investissement financier et un sentimental fracassant….. Nous en étions où?

20190511_095522

Affairé aux préparatifs, le changement d’idée et de lieu d’expatriation a quelque peu perturber LA relation et les promesses du rêve américain ont été rangées pour plus tard, donc le gros blême….(et c’est là que s’exorcise la Mère Théresa) calculs après calculs (purée je me rends compte maintenant qu’on vit comme des calculatrices depuis au moins 6 ans..) Tac décide de donner plein pouvoir à son partenaire pour monter seul un resto pizzeria! Pendant que nous nous installions au…. Costa Rica!! L’idée est bonne, les détails sont mis en place, la confiance est de rigueur (allez on y croit), la société se crée (Spada.Italy) le nom du local aussi FITS (From Italy To Scotland). Tac gère le tout à distance, en même temps que le départ de la smala… multipack tout compris!!

C’est sûr il est difficile d’être au four et au moulin. En l’occurrence ici, c’est plutôt, au four et à la pâte… et de plus à deux endroit en même temps, partir pour un nouveau pays avec son lot de découvertes… C’est pas de la tarte!

Malheureusement, l’acolyte est aussi tout seul et monte petit a petit un joli petit resto, (merci Whastapp!!) on vit au rythme des travaux en Ecosse tout en montant un business au Costa Rica… Vu d’ici ça parait un truc de fou, mais oui on a fait ça…(Pura Vida 2016)

Sans le savoir, quelques petites erreurs de parcours, toujours à cause de notre façon d’être beaucoup trop naturelle et surtout naïve, les malentendus dû aussi à la distance, sont apparus petit à petit (mais assez vite quand même ).

20170923_114800

Beaucoup on pensé qu’on avait la belle vie sous les palmiers, ça fait toujours rêver, mais je ne cesserai de le dire, le quotidien est identique où que tu te trouves, les problèmes ou les attitudes ne change pas avec le point GPS…. Mais je ne m’arrêterai pas d’écrire mes histoires, pour que rien ne s’oublie (aussi pour le jour ou je serai vieille ou morte… mes filles auront un souvenir des péripéties d’une maman quinqua folle dingue…)

Quand l’humain eu atteint son maximum, et aussi part le fait que Mr FITS n’en pouvait plus de gérer le bloc tout seul, deux appels par jour, tentative de gestion d’une comptabilité à distance, (pas facile) avec quelqu’un qui n’y connaît rien au partage de fichiers et de documents, animé par une montagne de malentendus, de contradictions journalières, l’organisation devient mission impossible.… Tandis que Tac ressent aussi le besoin de se sentir appartenir au concept… zooohuuu, premier départ, retour en terre continentale Européenne depuis le Costa Rica. Premiers 3 mois à vivre seule avec Minnie dans un pays loinnnnn, accompagné d’une sortie obligatoire du pays pour le visa et un ouragan (article)…. un vrai! Juste sur nos têtes… ça forme le caractère comme on dit!

Retour en décembre, quelles retrouvailles pour notre premier Noël aux tropiques… Sauf que la bas, c’est pas génial… encore la distance, les heures de décalages et Tac qui commence à se sentir divisé en deux… Comment gérer sa vie quand tout se mélange, change chaque minute, se brouille et s’entremêle…..?? On voulait quitter le temps pourri de Suisse, mais bizarrement les Highlands et les cornes muses lui manquent.

20171003_111009

(Avec un prénom de guerrier, peut être qu’un peu d’Highlander coule dans ses veines) . Par solidarité, parce que l’amour c’est aussi laisser la liberté ou donner la possibilité de réaliser ses propres rêves…. moi la passionnée qui n’aime pas partager, animée d’une peur maladive d’être abandonnée… je laisse Tac voler vers sa destiné!! Tout en gérant cette fois, la grand -maman et ses bobos, la construction de la piscine et son lot bureaucratique, Minnie et son école… et ses bobos aussi…. toute seule comme une grande. Aussi en pensant au business qui doit donner la rentabilité suffisante pour vivre, ainsi qu’une possibilité éventuelle de vivre sur deux continent à la fois… oui on a aussi pensé à faire ça, six mois par ci, six mois par là… sauf qu’il faut des nerfs solides pour ce genre de rythme et là on n’a pas réussi!

En effet après quatre mois seule avec ce projet dans la tête, en pensant surtout aux bénéfices qu’en tirerait notre petite Minnie multilingue…. J’ai rejoint Tac en Ecosse (le voyage ou les premiers jours). Malheureusement, le topo sur place a été un flop, un échec, une désolation…

IMG_20171008_221640_186

je ne sais quelle magie avait opérée… ou plutôt quel sortilège s’était emparé de Tac, mais j’ai eu l’impression d’arriver avec mes grosses pompes sur un mille feuilles. (d’ailleurs j’avais ressorti mes belle DocMartens au drapeau anglais) Bref, je ne savais plus ou j’étais et surtout ou je voulais vivre…. Tout me semblait flou, faux, déplacé….. loupé!!
Donc, dû probablement à la peur de l’inconnu, aux difficultés pour résider dans un pays, c’est quelque chose qui vraiment n’est pas aussi simple que l’on crois!! Et je ne voudrai pas être un émigré politique… quoi que ils ont plus de facilités que nous certaines fois… (autre sujet…)

Les attentes sont complètement opposées, ce trio déséquilibré avaient aussi des rôles que nous n’avons pas réussi à définir, par appréhension du futur instable, des charges et surtout des relations qui nous unissaient les uns aux autres (Surtout Nous!…). En résumé, on est reparti à la maison… ben oui, le Costa Rica était devenu chez nous! Un pays qui avec le temps ne nous correspondait pas vraiment, mais là encore on était pas encore absolument sûrs.

20171003_103827.jpg

Alors voilà un épisode « Une pizzeria en Ecosse, mais vivre au Costa Rica » se terminait sans grande conviction, je crois surtout que Tac était déçu de voir son rêve se volatiliser. Il avait mis la barre haute en pensant que quand on y croit tout ne peux que fonctionner, parfois la vie dresse des obstacles sur le chemin pour tester tes capacités d’encaisser… bon les caisses financières n’ont pas trop souffert, heureusement et ça c’est déjà un soupir de gratitude. Par contre au niveau sentimental, patience et gestion des relations… c’est un autre chapitre! et un gros!! Nous sommes des hypersensibles, les nefs à fleurs de peau tout le temps… Extrêmement délicat du cœur, on gère très mal les fréquentations qui n’ont pas une pureté relationnelle comme la nôtre… à vrai dire ça fait quelques années que je me suis soignée la moindre… même si je rechute périodiquement. Tac par contre, c’est du rationnel à fond, pas de pitié pour les croissants. Il lui faut du temps pour encaisser (maintenant!! ce n’était pas le cas avant), avec l’âge il s’est un peu ouvert le cœur et sans filtre, ça rentre par toutes les fissures. Ça peut être bénéfique, mais aussi difficile à gérer…

Au final et c’est valable toute la vie, quand tu donnes il ne faudrait rien attendre en retour, mais ce n’est pas facile d’accepter que quand tu as besoin d’un petit coup de pouce, d’une mini aide, l’on puisse t’ignorer….

Surtout si la personne en question en a oublié les conditions dans les quelles elle se trouvait pas plus loin que 3 ans auparavant. C’est agréable de se sentir quelqu’un après que le « gentil, mais pas si con » qui savait très bien que personne ne lui faisait plus confiance, que malgré le fait d’avoir caché ses dettes, Tac a continué de croire en lui, en sa capacité de remonter la pente par ses compétences, sa conscience et son expérience professionnelle. Mais surtout tout est plus accessible après avoir retrouvé une stabilité pour continuer son chemin en pensant qu’à soi, au retour de la crédibilité, c’est ciao et bon vent…. la moindre aurait été une pincée de reconnaissance d’avoir croisé la route de quelqu’un qui espère encore que, la race humaine peut avoir une deuxième chance.

Évidemment si le mode de penser est totalement dirigé à faire du bien et trouver les solutions qui peuvent aider (souvent) aux dépends de soit…. Car c’est sûr, on ne peut pas savoir dans la vie et surtout les agissements ou les décisions ne peuvent plus se changer… en fait on ne saura jamais ce qui aurait pu se passer si d’autres événement avaient surgis à des moment différents, si on avait pris d’autres décisions, plus égoïstes… hein?! Alors il faut juste penser au bien que toute cette histoire nous a procuré, oublier les mauvaises ondes et toutes la négativité qui en a découlé, la toxicité des relations, l’égoïsme et le profit… garder l’expérience…. en essayant de ne pas la reproduire, car le cerveau est vicieux, il aime bien refaire toujours les mêmes conneries pour bien se faire du mal…

Il faut savoir et continuer d’avancer, la tête haute, sûr et décidé, parce que maintenant, stop ça suffit, gentil c’est bien… mais pas trop con quand même. C’est difficile de faire la différence, entre les personnes qui passent dans ta vie et t’apportent plein de bonnes choses et qui peut être ne resteront pas proches (il faut savoir accepter ce qu’on nous donne)… avec les relations toxiques, qui malgré tout restent crochées dans l’esprit, même dans l’âme, en empêchant le bonheur de s’épanouir, autorisant le sombre a prendre le dessus.
Si vous êtes arrivés jusqu’ici, merci d’avoir lu, merci pour la séance de thérapie…. ça aide à tout le monde de prendre conscience en s’interrogeant sur les relations humaine… qu’est ce que vous en pensez?

2 réflexions sur “Pizza o Calzone?

  1. Qui n’a jamais eu de projets fous dans sa vie ? Au moins vous aurez essayé, moi j’en suis loin. Il faut profiter avant que l’âge vous en empêche, et ses soucis de santé avec !
    J’ai plein de regrets moi, tant de rêves enfouis à jamais, je vous envie !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s